Retour à tous les Évènements

Transatlantica de Elsa Leydier


  • Poltred 54 cours de la Liberté Lyon (carte)

En Résonance de la 15ème Biennale d’Art Contemporain de Lyon

( programme officiel )

Dans une posture sans doute héritée d’un classicisme ancestral, il est facile d’arrêter notre perception d’un paysage -voire même sa représentation, à un instant contemplatif. Il serait bien trop simple d’adopter cette position passive, naïve presque, face aux images d’Elsa Leydier. L’esthétisme inédit de son travail, au-delà d’une séduction formelle, est pensé et construit, non pas pour nous ravir à la réalité, mais pour nous y ramener.

Ses photographies sont drapées d’un voile semblable à celui d’un boîtier non étanche, comme une faille dans un système esthétique ordonné, et pour cause : photographe contemporaine, témoin d’un monde qu’elle voit s’obscurcir, trembler, étouffer, impossible pour cette artiste française ayant posé ses bagages sur les terres brésiliennes, de proposer une photographie aux œillères, détachée des enjeux qui traversent ses paysages quotidiens.

Nos paysages mentaux sont construits sur des représentations rêvées du continent sud-américain. Paysages Amazoniens luxuriants, liesse des foules, gloire sportive au sein du stade Maracana, telles des oasis décontextualisées, ces mirages – ou facilité de l’esprit, sont détachés de toute mise en contexte. Elles sont construites pour fonctionner de manière autonome. Et les travaux photographiques d’Elsa Leydier sont là pour les déconstruire.

Elle y procède de manière formelle dans sa dernière série, « #Elenão », qui introduit dans le code informatique même des images numériques, les paroles homophobes, misogynes, racistes, de l’actuel président brésilien. Cette irruption du contexte crée un bug dans l’image, un point de rupture matériel et idéologique entre nos paysages mentaux et le paysage politique.

Elsa Leydier nous rappelle ainsi que nos paysages sont pluriels. En associant à ses images plastiques des extraits de discours politiques, des images de journaux, des photographies vernaculaires, des données démographiques, l’artiste construit des images prismiques, au carrefour des enjeux contemporains. Aussi, si Elsa Leydier reprend la manipulation des images -celle-là même qu’elle dénonce, par une intelligence fine, elle en fait émerger une vérité toute autre : plus vraie, plus dense, plus vaste.

Amélie Samson Curatrice invitée

Scénographie : Hugo Dessalces

En collaboration avec le Laboratoire Photo Lynx

labiennaledelyon-resonance-JPGbd.jpg
Évènement antérieur: 28 juin
Conférence Marie Demunter